C’est le statut idéal pour vous lancer dans une nouvelle activité professionnelle en freelance. Il est peu contraignant d’un point de vue comptable et vous permet de facturer tous types de clients particuliers ou professionnels.

Nous vous expliquons ici les aspects fondamentaux.


Statut juridique

L’autonomo est une personne physique développant une activité économique. Il n’a donc pas de statut juridique et n’est pas considéré comme une personne morale. Il est en nom propre et n’a pas de capital social. Sa responsabilité est illimitée et ses fonds propres se confondent avec les bénéfices générés par son activité professionnelle.


Domicile fiscal

Pour avoir le statut d’autonomo, une personne doit obligatoirement être résident fiscal en Espagne et par conséquent avoir son domicile personnel et professionnel en Espagne. Ces derniers peuvent être confondus, c’est à dire qu’il est tout à fait possible de travailler de son domicile personnel lorsque vous réalisez votre votre activité depuis chez vous. 


Cotisations sociales

Les cotisations sociales sont d’à peu près 280€ par mois, peu importe votre chiffre d’affaire. Si vous n’avez pas été inscrit au régime des autonomos dans les 3 années précédentes (2 ans si vous n’avez jamais bénéficié de la “tarifa plana”) , vous pouvez bénéficier de cotisations réduites sur 24 mois. Aux alentours de 60€ la première année, 150€ les 6 mois suivants et 200€ les six derniers mois. Ces chiffres s’actualisent régulièrement.


IVA (TVA en espagnol)

En Espagne presque toutes les catégories professionnelles sont soumise à la TVA de 21% (l’activité de cours de langues est exemptée par exemple). Les autonomos sont tenus de la facturer et de la reverser chaque trimestre mais ils peuvent également déduire l’IVA des frais liés à l’activité.

Si vos clients ou vos prestataires sont en Europe (hors Espagne) il vous faudra un numéro de IVA Intracommunautaire et vous les facturerez ou serez facturés sans IVA.


Fiscalité

En matière fiscale, l’autonomo est entièrement soumis à l’impôt sur le revenu (IRPF). Son bénéfice sera donc la base imposable sur laquelle il sera taxé (factures émises moins les factures de frais déclarées tout au long de l’année).

Il sera tenu de présenter des déclarations trimestrielles d’IVA et d’IRPF. Il reversera donc chaque trimestre l’IVA perçu ainsi que 20% d’acompte d’IRPF. L’année suivante, lors de la déclaration annuelle qui a lieu en mai, une régule sera faite et il n’y aura plus qu’à payer le complément s’il est nécessaire.

Dans certains secteurs d’activité (par exemple pour l’activité de restauration, coiffure, etc.) il est possible d’opter pour un système de paiement d’impôt par «module », c’est à dire que l’administration fiscale détermine un quota fixe d’IVA et d’IRPF à payer peu importe votre chiffre d’affaire, ce qui peut être très avantageux.


Pour en savoir plus sur ce statut, n’hésitez pas à nous contacter.

1 Comment

  1. Jamesguerm

    avril 28, 2020 - 8:44

    thnx for sharing your fantastic web-site.

Leave A Comment